Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Jean-Marie G. Le Clézio - Voyage au pays des arbres

    Jean-Marie G. Le Clézio - Voyage au pays des arbres

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Voyage au pays des arbres

    Références de l'ouvrage

    LE CLÉZIO, Jean-Marie Gustave, Voyage au pays des arbres, Gallimard jeunesse, coll. Cadet rouge, Paris, 1992 (première publication 1978), 48 pages.

    L’auteur

    Jean-Marie Gustave Le Clézio (1940-) est un écrivain français, lauréat du prix Renaudot pour son premier roman Le Procès-verbal (1963). Il a beaucoup voyagé, en France comme dans d’autres pays (île Maurice, Afrique, Thaïlande, Mexique) et  la thématique de l’ailleurs est caractéristique de son œuvre littéraire. La défense de l’environnement constitue l’une de ses préoccupations citoyennes puisqu’il a notamment pris publiquement position contre le massacre des baleines grises ou le nucléaire.

    Résumé

    Un petit garçon qui s’ennuie voudrait partir en voyage, mais n’en a pas les moyens. Il a donc  l’idée d’aller se promener au pays des arbres. Pour se préparer au mieux, il se rend régulièrement dans la forêt pour y apprivoiser les arbres : il commence par leur faire ouvrir les yeux, puis les amène à bavarder entre eux en sa présence avant de converser avec eux. Confiants, ceux-ci l’invitent à danser avec eux pendant la nuit. Le récit s’achève sur l’endormissement de l’enfant, veillé par le plus vieux chêne de la forêt. Ce texte n’est pas seulement le récit de l’aventure du petit garçon, il est aussi un manuel explicatif sur les arbres, leurs mœurs et coutumes : le narrateur ne se prive d’ailleurs pas d’interpeler son lecteur (« Si tu ne fais pas attention, tu peux croire que ce sont les oiseaux qui sifflent »).

    La présence de la question environnementale dans le texte

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans l’ouvrage ?

    Le texte n’a de cesse d’expliquer au lecteur ce que sont ou plutôt qui sont les arbres par un processus d’anthropomorphisation (« Comme les arbres sont un peu timides, ils gardent généralement leurs yeux fermés quand il y a un homme dans les environs »), leur hiérarchie sociale, les différentes espèces qui font chacune preuve d’un caractère particulier.

    Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    Cet ouvrage constitue une fable qui invite le lecteur à prêter davantage attention au monde sensible qui l’entoure et dont il ne fait pas toujours cas.

    Le texte fait-il apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Ce texte met en scène un unique personnage humain, ce petit garçon dont le lecteur ne sait rien hormis son envie de voyager, et qui réussit à entrer en contact avec les arbres, à les connaître (certains personnellement) et à faire partie de leur monde. Il est l’archétype du personnage innocent qui semble élu par la Nature, à l’image du Tistou de Maurice Druon.

    Citations

    « Il y avait longtemps qu’il se promenait dans la forêt et il sentait tout un tas de choses bizarres, comme si les arbres voulaient lui parler, ou comme si les arbres bougeaient » (p. 4)

    « Tous ils regardent le petit garçon assis au milieu de la clairière, et ça fait une drôle d’impression, parce qu’ils ont des regards très doux. » (p. 14)

    Mots-clefs

    forêt / symbiose

     

    Fiche réalisée par Cécile BOUDEAU

    Catégorie générique

    Nouvelle jeunesse

    Autre fiche sur le même auteur

    Ourania