Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    23 octobre 2014 - Sébastian Thiltges

    23 octobre 2014 - Sébastian Thiltges

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Sébastian Thiltges

    « Paysages silencieux dans le roman réaliste : naissance d’une écologie sonore ? »

    Le parcours comparatiste à travers le roman réaliste et naturaliste européen, de Gustave Flaubert à Thomas Hardy et Thomas Mann, en passant par Émile Zola et Gottfried Keller, représente un voyage littéraire en quête d’un type de paysage particulier, non pas à connotation géographique, mais perçu comme un espace imaginaire et sensible. Face au topos romantique que constitue le paysage silencieux, le silence « réaliste » apparaît souvent comme une tentative de musellement des voix romantiques tout en démontrant que le réalisme réinvente les rapports entre l’être humain et le monde naturel, entre le sujet et l’objet de la perception. Contrecarrant l’hégémonie du visuel et du verbal, unissant des données objectives et humanistes, instaurant une relation entre le paysage et le lecteur, le silence dans le roman permet de découvrir des espaces inexplorés et garantit l’expérience d’une lecture nouvelle, à l’écoute des mondes naturel et textuel.

    Dans un second temps, les résultats obtenus seront interrogés sous le double angle de la thématique écologique et de l’approche écocritique, qui invite à nuancer la définition culturaliste et artialisée du paysage. Si l’écocritique voit dans le silence de la nature le symbole de son oppression par l’homme, les romans réalistes et naturalistes décrivent de manière récurrente un échange polyphonique et polysensoriel, sur fond de silence, entre le paysage et son observateur. Finalement, l’écocritique relance de vifs débats esthétiques concernant le rapport nature – culture ainsi que la référentialité des textes. Nous rejetons néanmoins tout discours positiviste, qui considère le texte littéraire comme un simple témoignage d’évolutions historiques et contextuelles, et étudions le rôle de la littérature dans la construction d’une culture somatique et d’une histoire des sensibilités qui marquent l’avènement d’une écologie sonore au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

     

    Introduction : l’écoute des textes entre comprendre et percevoir

    La construction du paysage silencieux

    « Une chose sans bruit »         

    Stille et Schweigen     

    Typologie du paysage silencieux          

    Poétique du paysage     

    Spatialité du silence     

    Des tableaux silencieux

    Le paysage polysensoriel                    

    L’histoire (littéraire) du paysage silencieux   

    Des paysages réalistes

    L’histoire des sensibilités         

    Écologie du paysage silencieux

     

     

    [synthèse proposée par Sébastian Thiltges]