Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Xavier Gardette - Cent jours après la floraison des lys

    Xavier Gardette - Cent jours après la floraison des lys

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Cent jours après la floraison des lys

     Références de l'ouvrage

    GARDETTE, Xavier
    Cent jours après la floraison des lys, éd. La Chambre d’échos, Paris, 2013, 150 pages.

    L’auteur

    Xavier Gardette est un auteur français né en 1957 qui vit en Auvergne. Il a écrit, avant ce dernier récit, trois romans policiers mettant en scène un ancien commissaire de police néerlandais et un roman satirique sur le monde capitaliste et bureaucratique contemporain.

    Résumé

    Le narrateur a décidé de revenir habiter dans le hameau auvergnat où vivait son aïeule, comme une « bernique fatiguée qui trouve son rocher et s’y empoisse ». Il y mène une vie paisible et solitaire, parfois animée par la visite de sa nièce Valentine, et ponctuée par ses échanges avec ses voisins, l’agriculteur Lycas et le couple Mascarille et Célimène. Le narrateur se livre à une description, au fil des saisons, de ses tracas et de ses réflexions amusées ou nostalgiques sur le temps qui passe, ou encore sur l’absurde confrontation entre un monde moderne obsédé par la technologie et les normes et un monde rural authentique, lent et doué d’un grossier sens pratique. Le texte oscille entre une observation minutieuse de la nature regorgeant de trésors et une description sociale de la population rurale, souvent humoristique et théâtrale.

    Tout au long du récit — c’en est le fil conducteur — le narrateur s’inquiète du passage récurrent d’un camion blanc près de sa maison, dans un chemin vicinal. Mais l’élucidation de cet étrange phénomène est anecdotique et ne sert que de prétexte au récit qui progresse au fil des saisons, et dont la forme laisse une large place à la digression.

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    L’écologie est doublement présente dans ce récit. D’une part, elle s’exprime par une attention toute particulière à la nature, et du rapport entre l’humain et son environnement rural. D’autre part, l’écologie intervient en tant que discours d’une société contemporaine très soucieuse du respect des normes, qui se préoccupe du respect de la nature à travers des réglementations.

    Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    La description de la campagne reculée d’Auvergne au vingt-et-unième siècle est réaliste. Elle ne repose précisément pas sur des phénomènes spectaculaires mais rend compte au contraire de l’inertie du monde rural, qui suit le rythme des cycles saisonniers.

    Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Plusieurs personnages sont assez caricaturaux et renvoient à certains stéréotypes du monde rural, mais aucune n’entretient un lien significatif avec l’écologie.

    Citations

     « Il y a cent jours de cela, au moment où les fleurs de lys s’ouvraient sur le bleu du ciel, je lisais tout uniment un passage de Rousseau et un message d’Électricité de France. Le premier disait : " Elle sut conserver des forces pour me panser, et après avoir bien bassiné ma plaie, elle y appliqua des fleurs de lys macérées dans l’eau-de-vie, vulnéraire excellent et très usité dans notre pays. Et la facture complétait : " Le montant de la CSPE évolue et les TLE sont remplacées par les TCFE. " Qui a dit que la vie des champs était ennuyeuse ? On y a des rêveries de toute espèce. » p.111-112.

    « C’était un saut dans une modernité brutale que ce lavabo sous eau courante, chaude et froide voulez-vous bien. Et les gargouillis gris de la toilette s’en allaient par la bonde de plomb dans le puits profond, puits perdu. Autrefois l’hygiénisme, mais sans les normes.

    Aujourd’hui les normes, sans l’hygiénisme : pesticides en folie, dérogation préfectorale, monde cul par-dessus tête qui pourrait inscrire sur chaque margelle de puits particulier : " eau non potable ", comme le font les édiles précautionneux aux fontaines publiques des villages, parapluie grand ouvert. » p.142-143.

    Mots-clefs

    campagne / ruralité / saisons / pollution / Auvergne

     

    Fiche réalisée par Blandine CHARRIER

    Catégorie générique

    Récit