Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Jean-Marc Ligny - Des yeux dans le ciel

    Jean-Marc Ligny - Des yeux dans le ciel

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Des yeux dans le ciel

    Références de l'ouvrage

    LIGNY Jean-Marc, Des yeux dans le ciel, Syros, coll. « Soon, des histoires de futurs », 2012, 251 pages

    L’auteur

    Né en 1956, habitant la Loire, Jean-Marc Ligny est l’auteur d’une quarantaine de romans et de nouvelles, souvent teintées d’une touche régionale, dont une quinzaine est destinée à la jeunesse. Ses domaines de prédilection sont la science-fiction, le fantastique et le polar. Son roman pour adolescents Green War, tout comme les textes Aquatm et Exodes abordent également des thèmes écologiques.

    Résumé

    Après une série de cataclysmes, les « Âges sombres », dont la Terre ne s’est que lentement remise, une civilisation humaine « agraire et pastorale, primitive et globalement pacifique » (p. 111) vit dans des villages épars dans lesquels un culte religieux voué à « Mère-Nature » condamne comme « blasphème » (p. 17) tout acte allant contre la volonté de la nature. Les enfants et adolescents, illettrés (p. 133), sont doués de talents particuliers (rêves prémonitoires, etc.) qu’ils perdent à l’âge adulte (p. 60). Dans la première partie du roman, le jeune protagoniste, Jasmin, est sauvé in extremis de l’attaque d’une panthère par un mystérieux « vieil astronaute » (p. 45). Ce sauvetage étant néanmoins considéré comme impie, l’astronaute, Jasmin et son amie Violette doivent fuir le village. Dans la seconde partie du roman, qui suit l’arrivée sur Terre d’autres astronautes, plus étranges encore, Jasmin et Violette sont séparés, Jasmin décidant de suivre ces « Martiens » (des Terriens ayant colonisé la planète rouge), alors que Violette, dont la mémoire a été effacée, tente de réintégrer son village natal.

     

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    Les catastrophes environnementales qui rendirent la Terre invivable (p. 34), la survie de l’espèce humaine sur Terre ou son émigration vers d’autres planètes constituent le cadre spatial et temporel du roman. La thématique centrale de l’œuvre est cependant la dérive écologique dans un culte « obscurantis[te] » (p. 164) de la nature.

     Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    Les événements narrés dans le temps diégétique, c’est-à-dire un lointain futur, sont imaginaires. Or, la description des « Âges sombres » repose sur l’énumération détaillée de possibles bouleversements écologiques, telles que la radioactivité (p. 91), le réchauffement climatique, l’extinction des espèces, la famine, les maladies, les exodes et les guerres qui s’en suivirent, etc. (p. 130).

     Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Le scientifique et le colon à la recherche de nouveaux espaces habitables sont des figures typiquement liées à l’écologie. On peut aussi lire dans ce texte une critique de l’écologisme radical qui ne se contente pas de considérer l’homme au sein des interactions de l’écosystème (p. 129), mais voue un culte religieux déraisonné à la nature.

    Citations

    « Et puis cette croyance semblait tenace chez les adolescents, cette étrange superstition indigène : la nature est une Déesse qui réclame des sacrifices humains. Étrange... et mortelle. » (p. 34)

    « Les forces devaient être égales pour que la lutte soit équitable. Sinon – comme il est dit dans la légende des Âges sombres –, à nouveau l’homme dominerait le monde et asservirait Mère-Nature à ses besoins dénaturés... jusqu’à ce qu’elle se venge avec fureur et démesure, car elle est toujours la plus forte. N’est-ce pas Mère-Nature qui donne la vie – et la reprend ? » (p. 44)

    Mots-clefs

    planète / catastrophe naturelle / écosystème solaire

     

    Fiche réalisée par Sébastian THILTGES

    Catégorie générique

    Roman Jeunesse

    Science-fiction