Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Hervé Bourhis - La Main verte

    Hervé Bourhis - La Main verte

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    La Main verte

    Références de l'ouvrage

    BOURHIS, Hervé, La Main verte
    Futuropolis, Paris, 2009, 72 pages en couleurs.

    L’auteur

    Hervé Bourhis est un auteur de bande dessinée né en 1974. Depuis ses premières BD en 2002, il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages en tant que scénariste ou auteur complet et travaille également pour la presse (notamment pour La Revue Dessinée) et l’audiovisuel. Il a obtenu en 2010 pour l’ensemble de son œuvre le prix Jacques Lob. La Main Verte est présentée par l’éditeur comme un « road-trip écologique et humoristique ».

    Résumé

    Dans une France contemporaine, Herbert, le double de fiction de l’auteur en quelque sorte, doit faire face à la crise qui s’est abattue sur le pays, liée à la disparition totale du pétrole. D’abord insouciant, Herbert ne semble pas comprendre combien sa situation est devenue précaire. Il doit pourtant se rendre à l’évidence : son éditeur lui dit que les livres ne se vendent plus, sa compagne Alexandra l’enjoint à chercher du travail ; elle constate leur baisse de pouvoir d’achat et veut cultiver son propre potager pour leur subsistance. Malgré son rejet du jardinage, auquel son père avait voulu autrefois l’initier, Herbert se résigne à parcourir les 400 kilomètres qui le séparent de la maison de ses parents pour leur demander des conseils en matière de potager. Il part de nuit avec son fils aîné, en voiture, grâce à l’essence d’un ultime jerrican qui s’épuise rapidement. Herbert poursuit alors son périple en vélo-taxi, et rencontre sur son parcours une ferme tenue par des anciens jeunes de l’UMP reconvertis à l’élevage de chèvres. Dans le Poitou, il traverse un village dirigé par des paysans peu scrupuleux qui roulent à l’essence de luzerne, au mépris de toute réglementation, et chassent à coups de fusils les « verdâtres », ainsi qu’ils appellent les écologistes. Après une nouvelle fuite, Herbert et son fils parviennent enfin en Touraine, où ils reçoivent un accueil chaleureux. Herbert, dont le projet est dévoilé par son fils, va enfin écouter les conseils de son père pour cultiver son jardin.

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    La crise énergétique provoquée par la disparition soudaine du pétrole est le point de départ de toute l’expédition d’Herbert. Toute l’histoire repose sur les impacts sociaux et économiques de cette crise environnementale initiale.

    Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    L’auteur s’amuse à faire dégénérer d’une façon excessive et loufoque la réalité alarmante du pic pétrolier (peak oil). La pénurie de carburant, qui se concrétisera à brève échéance, entraîne des situations collectives insensées, où la France est rationnée comme en temps de guerre et voit émerger des luttes intestines entre des communautés extrémistes.

    Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Tous les personnages sont caricaturaux, marqués par l’opposition entre ruraux et urbains dans le rapport à l’environnement dans lequel ils vivent. Certains se reconvertissent opportunément dans l’économie des circuits courts (l’élevage en milieu rural) tandis que d’autres affichent leur totale autonomie à l’égard des injonctions du gouvernement, vivant en quasi autarcie (les paysans pollueurs). Herbert incarne quant à lui le citadin bourgeois-bohème qui, au terme de son voyage initiatique, réapprend l’importance de la transmission.

    Citation

    [À l’intérieur de l’histoire, plusieurs pauses ludiques sont aménagées sous la forme de jeux qui rappellent ceux des magazines, toujours en lien avec l’environnement]

    Page 53 (non paginée) : Planche en noir et blanc

    Titre en gros caractères : « Saurais-tu reconnaître les feuilles de ces légumes ? », slogan accolé : « un deuxième jeu follement amusant ! »

    Succession de croquis de feuilles numérotés :

    Fig. 1 1. Concombre / 2. Rhubarbe / 3. On voit pas bien

    Fig. 2 1. C’est mal dessiné / 2. Courgette / 3. Concombre

    Fig. 3 1. Tomate / 2. Fraise / 3. La tomate, c’est un fruit, ignare

    Fig. 4 1. Céleri / 2. C’est le riz / 3. Rhubarbe

    Fig. 5 1. Pomme de terre / 2. Attends, je l’ai sur le bout de la langue

    Fig. 6 1. Tomate / 2. Betterave / 3. Betterave

    Un texte de réponse au questionnaire est proposé en bas de la page, à l’envers, conformément à la présentation des quiz de magazines :

    « Réponse : Personnellement, je ne sais pas reconnaître ces feuilles de légumes, et c’est bien dommage. Les jardins, j’ai toujours trouvé ça joli, mais l’hypothèse de jardiner m’est complètement étrangère. Quand j’étais petit, avec mes cousins, on se moquait de mon pépé, qui avait gardé l’accent et le comportement paysan. Il fallait être moderne, urbain, technologique, renier ses racines. À propos, saurais-tu reconnaître tes racines ? »


    Mots-clefs

    énergie /  pétrole / campagne / culture / crise / tradition et modernité / responsabilité humaine

     

    Fiche réalisée par Blandine CHARRIER                                   

    Catégorie générique

    Bande dessinée

    Humour