Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Florence Thinard - Le jour des poules

    Florence Thinard - Le jour des poules

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Le Jour des poules

    Références de l'ouvrage

    THINARD, Florence, Le Jour des poules
    Paris, coll. « En voiture Simone »,Thierry Magnier, 2013, 93 pages

    L’auteur

    Florence Thinard est née à Royan en 1962. Après obtention d’une licence d'histoire à Paris VII et d’un diplôme en relations internationales à l’Institut d’études politiques de Paris, elle devient successivement accompagnatrice de voyages, puis journaliste et rédactrice en chef des Clés de l’actualité junior (Milan). Passionnée d’animaux et de nature, elle publie un dictionnaire pour comprendre les mots d’actualité (1000 mots de l’info, Gallimard, 2003), plusieurs documentaires (Pourquoi la guerre ? Comment la paix ?, Gallimard, 2010) et fictions (Une gauloise dans le garage à vélos, Éditions du Rouergue, 2003 ; Un boulot d’enfer, Éditons Thierry Magnier, 2005) à destination de la jeunesse.

    Résumé 

    La narratrice du roman, Sidonie, raconte comment sa mère pousse sa famille à acheter des poules pour faire des économies, pour s’insurger contre l'élevage en batterie et pour garantir une alimentation saine à ses enfants. Après avoir fabriqué un abri, la famille est entraînée au marché pour se procurer deux poules et cinq poussins qui, au fil des découvertes des besoins biologiques et du comportement parfois peu coopératif des animaux, lui rendront la vie particulièrement difficile. L’expérience est néanmoins concluante, car au final les œufs abondent, et la mère de proposer – au grand dam de son mari et de ses enfants – l’acquisition et l’élevage d’un cochon pour garantir l’autonomie alimentaire de la famille.

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    Le thème écologique est central puisque les poules sont au centre de l'attention : s’insurgeant contre les conditions d’élevage déplorables des animaux, la petite famille cherche à élever les gallinacés dans un environnement respectueux, mais aussi de se nourrir de produits naturels, refusant la « malbouffe » devenue la norme dans la production alimentaire industrielle. Ces préoccupations écologiques ne sont néanmoins pas dénuées de considérations économiques (« on ne veut pas de poussins, on veut des œufs »), comme le rappellent systématiquement, à la fin de certains chapitres, les calculs financiers du père de famille.

     Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    Selon les dires de la romancière (http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364743144-l-florence-thinard-le-jour-des-poules.htm), l’intrigue centrale, c’est-à-dire le projet d’élever des poules, tout comme certaines péripéties qui s’ensuivirent, sont inspirées d’expériences personnelles.

    Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    La mère, Maryse, est assimilable à la figure type de la mère de famille écologiste, désireuse de garantir par tous les moyens une vie plus saine à sa famille. Elle se voit même qualifiée d’« écologiste forcenée » par les voisins, qui, à l’inverse, entretiennent leur jardin à grand renfort de produits chimiques.

    Citation

    « Et dans des conditions atroces : cinq pauvres poules entassées dans une toute petite cage, qui se crèvent les yeux, s'arrachent les plumes, se déforment les pattes aux grillages ! »

    « J'ai additionné le prix des poules, des poussins, de la paille, de la nourriture et du carburant pour aller à la foire. J'arrive au résultat suivant : ces bestioles nous doivent déjà, 52,75 euros. Je suis sympa, j’arrondis à 52 et je ne compte ni les clous, ni nos heures de travail, ni mon pull violet. Ce qui représente, au prix actuel des œufs bios, environ neuf douzaines d’œufs. Il va falloir qu’elles se mettent au boulot, les cocottes... »

    « Nous avons photographié le premier œuf sous toutes ses coutures. »

    Mots-clefs

    animaux / humour / élevage

     

    Fiche réalisée par Solène GIRAUDET, Linda CHAILLOU, Elodie REGNIER, Melissa LANCELEUR (Licence, Université d’Angers) - révisée par Sébastian THILTGES

    catégorie générique

    Roman jeunesse