Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Carina Rozenfeld - Les Clefs de Babel

    Carina Rozenfeld - Les Clefs de Babel

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Les Clefs de Babel

    Références de l'ouvrage

    ROZENFELD Carina, HANS Stéphanie (ill.), Les Clefs de Babel, Paris, Syros, 2009, 274 pages

    Les auteurs

    Née en 1972, Carina Rozenfeld écrit des romans fantastiques et de science-fiction pour la jeunesse. Après avoir été journaliste pour la presse destinée aux jeunes, elle se lance dans une carrière d’écrivain et publie son premier roman Lucille et les dragons sourds en 2004. Elle est l’auteur d’une dizaine de romans qui lui valent plusieurs distinctions. Les Clefs de Babel fait partie de la sélection « Lectures pour les collégiens » du Ministère de l’Éducation nationale.

    La dessinatrice et coloriste Stéphanie Hans est née en 1976. Diplômée de l'école des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2002, elle illustre des bandes dessinées françaises, des couvertures de romans et les comics Marvel.

    Résumé

    Des explosions massives d’usines chimiques et de centrales nucléaires provoquent un immense nuage toxique qui détruit toute vie sur Terre. Seuls quelques réfugiés parviennent à s’enfermer dans une immense tour nommée Babel. Suite à de multiples guerres de sécessions, ces survivants se répartissent en quatre clans sur les différents étages dont les voies d’accès sont scellées : les Aériens habitent le sommet de la tour, le peuple des Chauves les étages suivants, puis vient le monde des Hommes-Bougies et finalement les bas-fonds de la tour, territoire des Rateurs, effrayantes créatures mi-humaines mi-rongeures. Cinq « gardiens » sont chargés de surveiller l’évolution de la Terre et de juger le moment où elle redeviendrait habitable. Au bout du dixième siècle écoulé, ils dispersent, à travers les étages, cinq « clefs » permettant d’ouvrir la porte de la tour. Mille ans plus tard, cinq adolescents, Liram, Maïan, Caden, Lyel et Myel, issus des différentes sociétés, se découvrent d’étranges pouvoirs et des tatouages bien mystérieux. Porteurs d’un destin exceptionnel, ils sont les clefs de la libération des habitants de Babel. Leur quête, semée d’embûches, s’avère bien lourde à porter pour leurs frêles épaules, mais ils parviennent à descendre les différents étages de Babel, à rallier des défenseurs de leur cause et à ouvrir les portes de Babel afin que l’humanité puisse repeupler la planète.

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    Les thèmes écologiques de la pollution et des catastrophes environnementales constituent le point de départ et le contexte romanesque dans lequel se déroule l’intrigue : une série d’explosions d’usines industrielles est à l’origine d’un nuage composé de produits toxiques et nucléaires.

    Cependant, le roman met en avant les thèmes de la dystopie et des injustices liées à l’exposition à un environnement pollué. En effet, la descente progressive des étages de la tour permet au lecteur d’observer différents modèles de vivre-ensemble et d’organisation sociale. Les clivages sociaux et les inégalités écologiques sont représentés spatialement grâce à l’image de la tour, les Aériens étant les habitants privilégiés des étages supérieurs, tandis que les populations peuplant le milieu et la base de la tour sont rongées par des maladies, voire des mutations dues à leur exposition plus directe au nuage toxique (voir p. 100).

    Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    S’il symbolise les dégâts liés à la pollution humaine, le Grand Nuage est un élément imaginaire, comme en témoigne son caractère indéfini, aucunement lié à une cause précise : ce nuage destructeur est la somme absolue de toutes les activités humaines qui mettent en danger l’environnement et la planète (industrie, chimie, nucléaire, etc.).

    Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Les adolescent/e/s détenteurs des clefs de Babel symbolisent le pouvoir des jeunes générations en vue de l’élaboration du monde de demain et de la réunification des peuples. Au cours de leur mission, ils sont soutenus par des amis ou des sympathisants qui représentent les individus engagés dans la même lutte. De ce fait, ces derniers peuvent faire penser aux partisans du mouvement écologique qui continuent leur combat malgré leur minorité.

    Citations

    « À l’extérieur de Babel régnait désormais la mort.

    À l’intérieur de Babel, dans ce monde privé de ciel, de pluie, de vent, de soleil, de jour et de nuit, la vie s’organisa. Mais comme personne ne voulait vivre dans les étages inférieurs, craignant que les poisons du Grand Nuage ne s’y infiltrent, tout le monde s’entassait dans les niveaux les plus élevés. La place manqua bientôt au sommet pour accueillir l’ensemble de la population et un conflit sanglant éclata. » (p. 9)

    Mots-clefs

    maladie / planète / catastrophe / ville / justice environnementale / société

     

    Fiche réalisée par Johan ROSEAU, Sara DOLBEAULT, Justine POILANE et Gaëlle VALLIN (Licence Université d’Angers), révisée par Sébastian THILTGES

    Catégorie générique

    Roman jeunesse

    Science-fiction