Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

EcoLitt, le projet de recherche sur l'écologie en littérature


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    La recherche en littérature environnementaleRessources pour tous

    Anne Delaflotte Medhevi - Sanderling

    Anne Delaflotte Medhevi - Sanderling

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Sanderling

    Références de l'ouvrage

    DELAFLOTTE MEDHEVI Anne, Sanderling, Gaïa, Montfort-en-Chalosse, 2013, 377 pages.

    L’auteur

    Anne Delaflotte Mehdevi est née en 1967 à Auxerre. Elle grandit près de Saint-Sauveur-en-Puisaye. Elle suit des études en droit international et diplomatique et pratique le piano et le chant lyrique. De 1993 à 2011, elle vit à Prague où elle apprend et exerce le métier de relieur, parallèlement à son travail d’écrivain. Elle vit aujourd’hui à Manosque. Sanderling est son quatrième roman.

    Résumé

    Landry, paysan, revient du Groenland et porte encore les séquelles de sa tentative de suicide. Là-bas, il a trouvé un ami, Germain, ancien biologiste belge, ainsi qu’un petit sanderling blessé, qu’il quitte avec l’espoir de le revoir sur les côtes françaises un jour.
    De retour dans son village du Perche, Belligny, Landry peut compter sur son cousin Merlin pour l’aider à reprendre son activité. Mais quelques jours après son retour, un premier volcan islandais entre en activité, puis deux autres, provoquant de nombreux dérèglements climatiques qui toucheront une grande partie de l’Europe occidentale jusqu’au continent asiatique. Les répercussions vont durer longtemps. Après le ravage des côtes danoises et écossaises par des jökulhlaups (débâcles glaciaires), un épais nuage de cendre s’installe et plonge dans l’obscurité toutes les zones qu’il recouvre.
    Même si Belligny est épargnée, les conditions climatiques se radicalisent et des phénomènes naturels extrêmes se produisent au fil des saisons qui n’existent plus (canicule, grand froid, inondations, glissement de terrain…) Le village tente de faire face aux fléaux naturels, mais aussi aux conséquences humaines du drame : de nombreux migrants, fuyant l’Europe du Nord (Paris est également sous le couvercle de cendre) cherchent à gagner le continent africain (où l’esclavage sévit). Dans ce contexte de guerre où le rationnement est rétabli, des maraudeurs sont prêts à tout pour piller les biens des Bellignois, qui doivent alors assurer leur défense arme au poing.
    La solidarité des villageois permet de traverser la crise. Une fois le nuage dissipé, plus d’un an après, les Bellignois rescapés (plusieurs sont morts dans des circonstances tragiques pendant la débâcle) décident de prendre un nouveau départ, qui se concrétise par un voyage pour certains, en Afrique du Sud pour Merlin et sa femme notamment, en Egypte pour Landry, sa femme égyptienne Lila et leur fille Bérengère, le temps de laisser reposer les terres quelques années.

    La présence de la question environnementale dans le texte :

    Les thèmes écologiques sont-ils centraux ou marginaux dans le texte ?

    L’écologie est primordiale dans ce roman, car elle intervient non seulement comme le ressort dramatique principal du récit, avec la catastrophe naturelle, mais elle apparaît aussi dans la représentation d’un village rural français du XXIe siècle, et dans sa dimension politico-sociale enfin, avec la confrontation de l’agriculture conventionnelle, soutenue par une politique européenne décriée, avec l’agriculture biologique, mal comprise par les « gros » agriculteurs.

    Les événements liés à l’écologie sont-ils réels ou imaginaires ?

    Le roman met en scène des débats concernant la souffrance du monde paysan contemporain de façon très réaliste. Quant à la catastrophe climatique, elle est imaginaire, même si elle s’appuie sur des phénomènes réellement survenus qui s’y apparentent, et tout particulièrement l’éruption volcanique de l’Eyjafjöll en Islande en mars 2010, qui avait provoqué une interruption du trafic aérien dans une partie de l’Europe du Nord.

    Le texte et/ou les images font-ils apparaître des personnages assimilables à des figures typiques en lien avec l’écologie ?

    Les personnages sont construits comme des types qui expriment chacun un rapport différent à la nature. Merlin est l’agriculteur las d’être la victime d’une agriculture conventionnelle qui ne marche plus, et devient le chantre du bio, « pour faire la révolution ». Landry incarne le paysan sans dogme qui a appris à observer et sentir la nature pour faire les meilleurs choix dans ses pratiques agricoles, suscitant bien des jalousies. Lucette est la vieille fermière attachée à ses bêtes autant qu’à elle-même, et qui ne comprend pas l’obsession de modernité de son fils qui cherche à contrôler son bétail par des technologies nouvelles effaçant toute présence humaine. Yvonne, surnommée Ladona, est une scientifique passionnée par la recherche. Elle met à profit la nuit contrainte par le nuage de cendre pour développer la connaissance et l’exploitation des champignons, notamment pour l’alimentation.

    Citations

    « "Margret". Comme Katrina, Hugo, et parce que l’éruption du Katla est intervenue le 16 novembre, jour de la sainte.
    20 heures, les informations, Landry plonge avec la caméra sous le nuage, fruits des œuvres de Margret, puisque effectivement les journalistes ont adopté ce nom pour qualifier la « catastrophe du millénaire », mais au vu des images sidérantes, un millénaire, est-ce assez ?
    Sainte Margret continue jour après jour avec une constance remarquable à étendre son aura, elle a escamoté le soleil au-dessus de la Norvège, de la Suède, elle agrippe la Finlande et le Danemark. Demain la Russie, l’Allemagne… » (p. 154)

     « - Pourquoi les sanderlings ont-ils choisi cet endroit pour faire escale, ou pour passer l’hiver ?
    - Parce qu’ils y trouvent suffisamment de nourriture et que les températures hivernales sont normalement constantes et douces ici, je suppose. Si l’hiver est trop rude, ils iront se poser ailleurs…
    - Et nous ? Si le nuage avance, nous partirons ?
    - Si vraiment la vie devient impossible, bien sûr nous partirons nous aussi. Mais on va essayer de tenir, pour nos bêtes et nos terres. » (p. 266)

    Mots-clefs

    catastrophe / campagne / climat / solidarité / agriculture / migration

     

     

     

    Fiche réalisée par Blandine CHARRIER                                     

    Catégorie générique

    Roman